Un écran de télé sur laquelle on peut lire la mention « This program is available in described video for the visually impaired ». (Cette émission est offerte en vidéodescription à l’intention des personnes ayant une déficience visuelle.)

Justification de la vidéodescription

Contenu principal

Pour les Canadiens non-voyants ou ayant une déficience visuelle, la vidéodescription n’est pas seulement une façon d’accéder à un divertissement. Elle met tout le monde sur un même pied d’égalité en permettant à tous d’apprécier la culture populaire. Elle permet aussi à ces Canadiens de suivre un film ou une émission de télévision d’une manière comparable et de participer pleinement à la vie sociale.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a exigé en 2015, qu’au plus tard le 1er septembre 2019, certains radiodiffuseurs mettent en ondes quatre heures de vidéodescription par jour au cours des heures de grande écoute (de 19 à 23 h). La programmation qui ne se prête pas bien à la vidéodescription, comme les bulletins de nouvelles et les émissions de sports, est exemptée de cette obligation.

Aujourd’hui, peu de temps avant que n’entre en vigueur cette exigence, le CRTC a reçu une modification proposée par Bell Media Inc., Corus Entertainment Inc. et Rogers Media à cette condition de licence afin d’être autorisés à diffuser sans vidéodescription les émissions non canadiennes reçues moins de 72 heures avant leur diffusion. Il est bien clair que le Conseil entend exiger graduellement l’entièreté de la programmation en vidéodescription. INCA espère que cet objectif sera atteint en temps opportun grâce au leadership du CRTC.  

De plus, TVA, un radiodiffuseur québécois, a quant à lui demandé au CRTC d’assouplir encore davantage les conditions de sa licence. Un tel changement à la condition de sa licence retarderait encore davantage la disponibilité de la vidéodescription pour la programmation télévisuelle en français et en anglais.  

Les radiodiffuseurs qui souhaitent que le Conseil assouplisse les conditions de leur licence font valoir qu’ils reçoivent régulièrement du contenu des producteurs américains qui ne comprend pas de vidéodescription intégrée, souvent le même jour où les émissions doivent aller en ondes. Selon les soumissions présentées par les parties et divers fournisseurs, c’est là une pratique courante étant donné la nature dynamique et fluide de la programmation télévisuelle de première diffusion.

INCA a communiqué avec les producteurs canadiens de vidéodescription et appris que des magazines d'actualités télévisées, comme W5, produisent régulièrement de la vidéodescription à court préavis, juste avant la mise en ondes. Dans la foulée des nombreuses décisions rendues par le CRTC d’augmenter l’offre de services de diffusion accessible, les radiodiffuseurs devraient s’affairer à trouver des solutions plutôt que de faire pression sur le CRTC pour qu’il modifie ses conditions de licence peu de temps avant l’entrée en vigueur de la nouvelle exigence. 

Position d’INCA

Le CRTC invite les Canadiens à lui faire part de leur avis quant à savoir s’il doit ou non accorder l’autorisation de modifier les conditions de licence de Bell Media Inc., Corus Entertainment Inc. et Rogers Media Inc. Si la demande des radiodiffuseurs est approuvée, certaines émissions aux heures de grande écoute continueront d’être livrées sans vidéodescription.

INCA rappelle au Conseil que la vidéodescription encourage les Canadiens non-voyants ou ayant une déficience visuelle à discuter de culture. À seulement 28 heures d’émissions en vidéodescription par semaine, la Fondation INCA est tout à fait persuadée qu’il y a encore amplement place à amélioration. Quatre heures d’émissions en vidéodescription au cours des heures de grande écoute sont déjà insuffisantes et l’assouplissement des conditions de la vidéodescription au cours des heures de grande écoute soustrait encore davantage du temps de radiodiffusion accessible.

Comment pouvez-vous aider?

Faites valoir vous aussi votre avis sur cette importante question en soumettant votre propre intervention au CRTC. Vous pouvez déposer une intervention en ligne ici et vos commentaires feront partie du dossier public sur cette question. Faites dérouler jusqu’au bas de la page et cliquez pour affirmer que vous avez lu et compris l’énoncé de confidentialité du site Web avant d’accéder au formulaire d’intervention.

Vous avez besoin d’aide pour certains points de votre intervention? Vous pouvez lire l’Avis de consultation de radiodiffusion en entier ici, ou vous inspirez des points suivants :

  • Pour les Canadiens non-voyants ou ayant une déficience visuelle la vidéodescription n’est pas seulement une façon d’accéder à un divertissement. Elle met tout le monde sur un même pied d’égalité en permettant à tous d’apprécier la culture populaire et de participer aux conversations au sujet de la culture populaire. 
  • Même à 28 heures d’émission en vidéodescription par semaine, il y a encore amplement place à amélioration. Quatre heures de vidéodescription au cours des heures de grande écoute sont déjà insuffisantes -  autoriser les diffuseurs à repousser des exigences d’accessibilité minimales serait simplement mal avisé.  
  • Pour les 1,5 million de Canadiens non-voyants ou ayant une déficience visuelle, les avantages des heures additionnelles de programmation avec vidéodescription l’emportent sur les coûts relativement modestes.
  • Si les radiodiffuseurs canadiens ne précisent pas dans leurs ententes commerciales qu’ils veulent que les émissions reçues des États-Unis s’accompagnent de la vidéodescription à la livraison, il est alors déraisonnable de leur part de s’attendre à ce que la programmation acquise s’accompagnera de la vidéodescription.  
  • Les radiodiffuseurs canadiens savent depuis 2015 que 28 heures de vidéodescription par semaine allaient être exigées en 2019. Nous ne savons pas ce les radiodiffuseurs ont fait depuis la décision prise dans le cadre du processus « Parlons Télé » en 2016 de travailler avec les producteurs d’émissions télévisuelles américains pour atteindre cet objectif. 

Qu’est-ce que la vidéodescription?

La vidéodescription (VD) consiste en la description orale des éléments non verbaux d’une émission, lesquels peuvent inclure le décor, les costumes et le langage corporel. Cette description est ajoutée pendant les pauses dans le dialogue et permet aux téléspectateurs de se représenter mentalement ce qui se passe dans l’émission. La vidéodescription, qui a vu le jour il y a plus de 25 ans, donne aux personnes ayant une déficience visuelle l’accès au divertissement numérique et en direct. Vous pouvez voir un exemple de vidéodescription en cliquant ici.

Articles additionnels