La classe de finissants des chiens-guides d’INCA avec son personnel d’entraînement. Un panneau jaune à l'arrière-plan indique "Classe de 2018"

Tous égaux – Décembre 2018

Contenu principal

Bienvenue à ce numéro de décembre de Tous égaux! Dans ce numéro, nous nous réjouissons de l’agrément du Programme des chiens-guides d’INCA. Nous esquissons aussi la réponse d’INCA à la consultation « au service des parents » du ministère de l’Éducation de l’Ontario, et nous présentons le témoignage d’une personne ayant une perte de vision qui a participé à une simulation d’évacuation dans le cadre d’une formation de premiers intervenants. De plus, INCA recommande des modifications à la Loi canadienne sur l’accessibilité et nous en apprenons davantage au sujet des « villes intelligentes ».

-Équipe de défense des droits de la Fondation INCA de l’Ontario

 

Le Programme de chiens-guides d’INCA obtient son agrément

En avril 2017, nous avons mis sur pied le Programme des chiens-guides d’INCA dans le but d’élever et de dresser des chiens-guides, exclusivement à l’intention des personnes aveugles, qui leur permettront d’ouvrir un éventail de choix, de services et de possibilités dont elles ont besoin et qu’elles désirent.

Lindsey Park, députée fédérale de Durham et adjointe parlementaire au procureur général, prend la parole à la cérémonie de remise des diplômes des chiens guides d'INCAEn vertu de la Loi de 1990 sur les droits des aveugles, le ministère du Procureur général a la responsabilité d’agréer les établissements de dressage des chiens-guides en Ontario et d’émettre une carte d’identité permettant à la personne aveugle de se servir de son chien-guide en tant qu’animal de service en vertu de la loi. Au cours des 18 derniers mois, INCA a fait des représentations auprès du ministère du Procureur général pour demander que les maîtres-chiens qui assurent le dressage des chiens-guides d’INCA soient protégés contre la discrimination aux termes de la loi et qu’il accorde l’agrément à son programme de veille au dressage des chiens-guides

Conformément à la loi, le Ministère exige qu’au moins un chien-guide d’INCA soit bien jumelé à un maître-chien pour être dûment agrée. Le 23 novembre, nous avons organisé une cérémonie officielle de remise des certificats à Toronto pour célébrer le bon jumelage de six chiens-guides à des maîtres-chiens en provenance d’un peu partout au pays, en présence de Lindsey Park, députée provinciale de la circonscription de Durham et adjointe parlementaire de la procureure générale. Nous sommes reconnaissants envers le ministère du Procureur général d’avoir désigné INCA comme établissement agréé pour veiller au dressage de chiens-guides et de s’être engagé à protéger les droits des maîtres-chiens en Ontario.

Engagez-vous!
Le Programme des chiens-guides d’INCA est à la recherche de maîtres- chiens partout au pays qui seraient intéressés à devenir ambassadeurs du Programme de chiens-guides pour faire des représentations et accroître la sensibilisation aux droits et aux enjeux des maîtres-chiens. Pour en apprendre davantage ou exprimer votre intérêt, veuillez faire parvenir un courriel à Victoria Nolan, chef, Relations avec les intervenants et de la mobilisation communautaire, Programme de chiens-guides d’INCA.

 

Réponses d’INCA à la consultation « au service des parents »

En septembre, le Ministère de l’Éducation de l’Ontario a annoncé son intention d’apporter des modifications au système d’éducation provincial (de la maternelle à la 12e année) dans plusieurs secteurs. Dans le cadre de ce processus, le Ministère a fait paraître un questionnaire de consultation « Au service des parents » qui invitait les parents, élèves, éducateurs et particuliers ou organisations intéressés à donner leur avis sur le système d’éducation en Ontario.

Un enfant écrit avec un crayon au bureau.La consultation du Ministère visant à améliorer les résultats scolaires des élèves de l’Ontario n’a malheureusement pas porté spécifiquement sur les élèves ayant des besoins particuliers en matière d’enseignement, élèves (de la maternelle à la 12e année) ayant une perte de vision. Au demeurant, tous les sujets de la consultation « Au service des parents » touchaient les élèves aveugles ou atteints de cécité partielle. Les membres de notre communauté ont fait part de leurs préoccupations et proposé certaines solutions.

INCA a organisé deux téléconférences à l’échelle de la province, lancé une enquête en ligne et consulté des parents et des groupes de défense des droits et intérêts. L’information que nous avons dégagée de nos consultations communautaires a été présentée officiellement au ministère de l’Éducation.

Voici certains des thèmes qui ont souvent ressorti au cours de nos discussions :

  • Le besoin de normes d’enseignement et de formation plus élevées pour les enseignants spécialisés en déficience visuelle (ESDV). Pour obtenir de l’information détaillée à ce sujet, prière de se reporter à l’article de VIEWS
  • Changer la prestation au titre de la Somme liée à l’équipement personnalisé (SEP) afin que ce programme puisse offrir aux parents et aux élèves un plus grand choix d’équipement et la liberté d’apporter l’équipement à la maison.
  • Adopter des pratiques d’approvisionnement qui préconise l’utilisation de la technologie courante dans les écoles et assurer l’accessibilité aux essais normalisés.  

Vous pouvez prendre connaissance de la réponse en entier sur le site Web d’INCA. 

Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de participer à la consultation, il n’est pas trop tard! Elle prend fin le 15 décembre. Pour formuler vos commentaires, rendez-vous à auservicedesparents.ca. INCA assurera le suivi auprès des représentants du gouvernement et des partenaires communautaires afin de veiller à qu’une éducation accessible soit au cœur des préoccupations du gouvernement de l’Ontario.

 

Prochaines étapes de la campagne PAAF ré-vision

Selon Statistique Canada, 81 % des personnes handicapées déclarent qu’elles utilisent au moins un appareil/accessoire fonctionnel qui les aide à participer pleinement à la société.

Réunion des représentants d’INCA de Simcoe / Muskoka avec Doug Downey, député provincial de Barrie, Springwater, Oro-Medonte. De gauche à droite: Jim Ronald (défenseur d'INCA), Sherri Helsdingen (chargée de programme, Défense des intérêts, Ontario Nord), Betty Meacher (défenseur d'INCA) et député provincial Doug Downey.Nous demandons aux représentants du gouvernement de rencontrer le groupe d’INCA et d’autres intervenants afin de discuter de la manière dont nous pouvons travailler ensemble pour moderniser le PAAF. Le Rapport sur la ré-vision des technologies et produits adaptés a été présenté au gouvernement provincial (voir ReVision ADP Report: Executive Summary) et INCA travaille avec le gouvernement et d’autres intervenants auprès des personnes handicapées à la formulation de recommandations.

Les défenseurs des droits et intérêts d’INCA partout en Ontario communiquent actuellement avec les membres du Parlement pour solliciter personnellement leur soutien et leur engagement. À ce jour, des réunions avec les députés des circonscriptions suivantes ont eu lieu : Toronto Centre, Parkdale-High Park, Etobicoke Centre, Richmond Hill, et Barrie—Springwater—Oro-Medonte. Ces personnes font des représentations auprès des députés dans les circonscriptions partout dans la province. 

Si vous êtes intéressé à participer à cette campagne, veuillez faire parvenir un courriel à l’adresse advocacy@cnib.ca.

 

INCA partage les résultats du sondage sur l’accessibilité avec Élections Ontario

Comme annoncé dans le numéro précédent de Tous égaux, INCA et Élections Ontario (EO) ont collaboré à un sondage sur l’accessibilité de l’élection provinciale dans le but de mieux comprendre l’expérience de voter des personnes aveugles ou atteintes de cécité partielle lors d’une élection provinciale. Nous tenons à remercier les 115 personnes qui ont pris le temps de répondre au sondage en ligne et de partager leurs expériences

Elections Ontario logo. Voici certains des faits saillants des résultats de l’enquête :

  •  Seules 10 % des personnes qui ont répondu à notre enquête ont utilisé le site Web d’Élections Ontario. Certains participants avaient des suggestions précises sur l’accessibilité pour améliorer l’utilisabilité et l’accessibilité du site Web d’EO. Ils ont affirmé que certains des renseignements n’étaient pas conviviaux avec leur lecteur d’écran, qu’il y avait trop de menus déroulants et qu’il n’y avait pas de fonction permettant l’ajustement du contraste, de la taille de police, etc. Ils ont aussi remarqué que les numéros de téléphone des directeurs du scrutin étaient difficiles à trouver.

  • Seuls 45 % des répondants pouvaient accéder aux renseignements sur leur carte de vote. Les répondants étaient d’avis qu’il devrait suffire que d’une seule fois pour indiquer  au bureau du directeur de scrutin le souhait d’obtenir une carte de vote dans un format accessible – c’est-à-dire qu’à l’avenir la préférence de format devrait être enregistrée automatiquement dans le système. Les participants au sondage ont aussi suggéré qu’il y ait un repère tactile sur la carte et qu’on puisse la recevoir par voie électronique ou en appelant une ligne téléphonique automatisée protégée et en écoutant le message d’information.

  • Le choix le plus populaire (57 %) des participants qui se rendaient aux urnes était de se faire accompagner d’une personne, soit un accompagnateur ou un greffier du scrutin.

  • Les voteurs ont eu des expériences mitigées avec le personnel électoral. Certaines expériences étaient positives, mais dans d’autres cas le personnel manquait de sensibilisation aux personnes handicapées (p. ex., ils parlaient à leur compagnon plutôt qu’à elles, et ils ne pouvaient donner des indices verbales claires ou communiquer de l’information au sujet des options de vote accessibles.)

  • 58 % des participants ont déclaré qu’ils pouvaient voter de façon autonome, tandis que 77 % ont déclaré qu’ils pouvaient voter en secret.

En octobre, INCA a rencontré les représentants d’EO pour présenter les conclusions de notre enquête et formuler des recommandations. EO prépare actuellement un rapport pour le gouvernement sur tous les aspects de l’élection, y compris l’accessibilité. INCA et d’autres groupes de personnes handicapées continueront de travailler avec EO à la préparation de la prochaine élection. EO entend organiser des groupes de discussion au cours des prochaines semaines – gardez l’écoute!

 

INCA lance le projet « Connaissez vos droits »

Cette année, la Fondation du droit de l’Ontario a accordé une subvention à INCA lui permettant de lancer le projet Connaissez vos droits.

D’ici juin 2019, le projet créera des ressources d’information juridique en langage simple qui aideront les personnes aveugles, ayant une cécité partielle ou sourdes et aveugles à mieux comprendre leurs droits devant la loi et dénoncer la discrimination. Le projet vise aussi à former le personnel d’INCA à aiguiller les clients vers des ressources juridiques et les professionnels du droit qualifiés sur la manière de mieux accommoder et servir les membres de notre communauté.

À ce jour, nous avons constitué une équipe variée et talentueuse d’avocats bénévoles et de défenseurs des droits et intérêts de la communauté – appelé le groupe de travail « Connaissez vos droits » – pour aider à l’orientation du projet et la création des ressources.

À INCA, le projet est dirigé par Avery Au, un avocat enthousiaste à l’idée de partager sa passion de rendre l’information juridique plus conviviale et accessible. Il coordonne les efforts du groupe de travail et renforce notre réseau de collaborateurs, qui comprend déjà Éducation juridique communautaire Ontario, le Réseau ontarien d’éducation juridique, l’ARCH Disability Law Clinic et le Centre d’assistance juridique en matière de droits de la personne.

Tout au long du projet, nous allons aller à la rencontre des Ontariens ayant une perte de vision et la communauté plus large pour obtenir une rétroaction sur notre contenu et approfondir nos connaissances. En tout temps, vous pouvez utiliser ce formulaire en ligne pour suggérer un sujet sur lequel nous pourrions nous pencher. Gardez l’écoute pour d’autres mises à jour du projet!

Nous sommes encore à la recherche de bénévoles ayant des compétences et des antécédents variés pour qu’ils se joignent à notre groupe de travail bénévole. Pour en savoir davantage, veuillez faire parvenir un courriel à Avery.

 

Un résident d’Ottawa ayant une perte de vision participe à un exercice de premiers répondants 

Le 12 septembre 2018, un exercice de formation des premiers répondants a eu lieu à la station de la rue Lyon, une partie du système de train léger sur rail en construction à Ottawa. Kim Kilpatrick, un résident aveugle d’Ottawa, a participé à la simulation d’évacuation.

Les premiers intervenants de la Ville d’Ottawa participent à un exercice d’entraînement.Pourquoi avez-vous voulu participer à cette simulation d’évacuation?
Lorsque j’ai appris que l’entreprise qui a facilité cette simulation n’avait jamais travaillé avec des personnes handicapées, je savais que ma contribution pouvait être utile.

Que pensez-vous de cette expérience?
La situation était qu’une personne avait sauté devant le train en marche alors que j’étais debout sur la plateforme. Le premier intervenant qui m’a d’abord secouru me rassurait régulièrement en m’indiquant ce qui se passait et tous les secouristes décrivaient très bien des détails que je ne pouvais voir. Étant donné que je pouvais tout entendre et me souvenir, on m’a demandé de faire une déposition à la fin.

Y a t il eu des problèmes d’accessibilité?
Quelques-uns. Lorsque les responsables ont approché, ils ne se sont pas identifiés et j’ai dû demander qui ils étaient. Aussi, les seules options pour faire une déposition étaient de le faire par écrit ou de les dicter à un autre responsable. Il n’y avait pas de moyen approprié qui m’aurait permis de rédiger moi-même ma déposition.

Qu’avez-vous appris et/ou retiré de cette expérience?
Les premiers intervenants font leur travail efficacement. Ils auraient avantage à recevoir un peu plus de formation sur les rapports à entretenir avec les personnes ayant une perte de vision, mais je me suis tout de même senti en sécurité avec eux.

 

La ville de Brantford accueille la technologie de localisation

Pour les personnes aveugles ou atteintes de cécité partielle, une promenade dans des environnements peu familiers peut poser des défis. Mais la technologie de localisation, comme celle d’iBeacons, aide les personnes ayant une perte de vision à vivre, travailler et s’amuser en autonomie.

Hôtel de ville de la ville de BrantfordUn iBeacon est un petit dispositif (7 cm x 7 cm) à pile qui « communique » silencieusement avec une application de téléphone intelligent appelé BlindSquare, pour fournir à l’utilisateur une description orale de ce qui l’entoure. Cette technologie permet à une personne ayant une perte de vision de se promener plus facilement et en autonomie, alors qu’elle reçoit des renseignements utiles, comme l’aménagement d’une boutique ou d’un commerce, l’emplacement des salles de toilette, et la disponibilité de biens et services.

La ville de Brantford accueille à bras ouverts la technologie des iBeacons à l’hôtel de ville, au centre municipal, au terminal d’autobus, au marché agricole et au centre sportif Wayne Gretzky.

 

La ville de Windsor explore la manière dont son système de transport en commun peut fonctionner plus efficacement

Logo de Transit Windsor. Texte: Shape Transit. Façonner notre ville.La ville de Windsor explore la manière dont son système de transport en commun peut desservir plus efficacement la communauté.

À cette fin, la ville examine les besoins changeants de Windsor. Elle examine des façons de faciliter l’accès des personnes à l’école, au travail, à des services et à d’autres lieux. Elle examine comment le système de transport en commun peut soutenir la croissance et le développement sains de la collectivité. Elle examine d’autres moyens que le système de transport. 

Si vous ne l’avez pas déjà fait, faites part de vos idées en répondant à son sondage en ligne.

 

INCA recommande des modifications à la Loi canadienne sur l’accessibilité proposée

INCA s’est engagé avec le gouvernement fédéral dans l’étude du projet de loi C 81, la Loi canadienne sur l’accessibilité. Cette loi vise à éliminer les obstacles à l’accessibilité des Canadiens handicapés. Dans le cadre de nos représentations, nous avons suggéré des modifications audacieuses au projet de loi C 81 qui selon nous, pourraient renforcer la loi à l’avantage des Canadiens aveugles ou atteints de cécité partielle.

Angela Bonfanti, vice-présidente de la Fondation d'INCA (Ontario et Québec) et Robbi Weldon, responsable, Loisirs et loisirs, Fondation d'INCA Ontario-Est devant le Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapéesNous avons fait parvenir un questionnaire aux Canadiens aveugles ou atteints de cécité partielle pour entendre ce qu’ils avaient à dire. Il appert que les participants à notre questionnaire sont généralement satisfaits du projet de loi C 81, 57 % d’entre eux ayant une impression favorable du projet. La plupart d’entre eux sont d’avis que la création de l’Organisation canadienne d’élaboration des normes d’accessibilité (OCENA) est la mesure phare de cette loi et les nouvelles sanctions pécuniaires administratives en cas de non-respect des normes d’accessibilité sont presque aussi bien accueillies.

Même si ces parties du projet de loi C 81 ont généralement reçu un accueil favorable, INCA a reçu de nombreuses suggestions d’amélioration. Presque toutes les réponses qualitatives que nous avons reçues au cours de notre enquête gravitaient autour de six thèmes récurrents : l’exécution de la loi, la représentation, les délais, l’approvisionnement, les processus de plainte et les droits des propriétaires de chiens-guides. Pour en savoir davantage, visitez la section Défense des droits et intérêts de notre site Web. Si vous avez des questions, veuillez faire parvenir un courriel à advocacy@cnib.ca

Nous avons utilisé cette rétroaction pour éclairer les modifications que nous avons suggérées et nous avons fait parvenir des copies de notre analyse de l’enquête et des modifications recommandées aux membres du Parlement de chaque partie. INCA a comparu devant le Comité permanent des Ressources humaines, du Développement des compétences, du Développement social et de la Condition des personnes handicapées pour présenter les modifications que nous recommandons au projet de loi. Depuis le début, nous avons pris part à l’élaboration de cette loi qui marquera l’histoire, et nous entendons maintenir notre engagement dans ce processus jusqu’à ce que le projet de loi reçoive la sanction royale – et bien au delà! 

 

L’Union mondiale des aveugles évalue que la question des «villes intelligentes» a des ramifications internationales

Le développement de « villes intelligentes » est un sujet émergent qui retient grandement l’attention des ingénieurs civils, des urbanistes, des architectes, des municipalités, des concepteurs de technologie, et bien d’autres acteurs. Le concept des villes intelligentes est une question gagnant en acceptabilité qui soulève des enjeux et qui présente des possibilités intéressantes pour les personnes handicapées. 

Rob Gaunt, Executive Director, CNIB Foundation Ontario North & West and Lui Greco, Manager, Regulatory Affairs, CNIB at World Blind Union officers meeting in Guatemala City. - November 2018

Il est important que les idées des personnes ayant une perte de vision soient considérées dans la mise en valeur des espaces urbains afin d’assurer leur inclusion consciente et intentionnelle. La promotion de l’utilisation de technologies comme les indicateurs tactiles de surface de marche (ITSM), la signalisation piétonnière accessible (SPA), le logiciel de localisation iBeacon (p. ex., BlindSquare) et d’autres plateformes d’accessibilité, est une façon d’aider à conférer un caractère inclusif dans les aménagements urbains modernes

Lui Greco, gestionnaire, Affaires réglementaires, INCA et Robert Gaunt, directeur général, Fondation INCA Nord et Ouest de l’Ontario, ainsi que plusieurs experts internationaux dans le domaine ont assisté à l’assemblée des représentants de l’Union mondiale des aveugles (UMO) à Guatemala en novembre. L’UMA est d’avis que les villes intelligentes ont un rayonnement et un impact à l’échelle internationale et en ce sens, elle entend créer une coalition de travail pour aider à cerner les pratiques exemplaires qui permettront aux organisations de tenir des conversations au sujet de l’accessibilité et de l’inclusivité avec les divers acteurs dans le domaine.

 

Tous égaux  est une publication trimestrielle. Avez-vous manqué le 1er numéro? Trouvez-le ici :

Articles additionnels